Next exhibition: April - May 2019
 

Le cabinet des incongruités


by Pablo García
 

Curators: Jorge Cañete and Alejandro Sáenz de Miera Guerrero
 

Pablo Gaga, Pablo García García García ou Pablo Jeje, né à León en 1975, sont quelques-unes des identifications que cet artiste important utilise habituellement, comme références explicites et délimitantes de ses différentes projections artistiques dans la sphère publique. C'est un créateur aux multiples facettes qui a maintenu une activité intense et fructueuse depuis qu'il a obtenu son diplôme en Design et Audiovisuel en 2000, à la Faculté des Beaux Arts de Salamanque. Il a une large trajectoire dans laquelle on peut mettre en évidence quelques échantillons réalisés dans la galerie Cubo Azul, la galerie Fúcares, DA2 de Salamanque et plusieurs appels collectifs dans ARCO 06 et ARCO 08, dans le Centro Leonés de Arte (ILC) ou le MUSAC entre autres. Ses créations sont présentes dans différentes collections et ont été analysées par des personnalités éminentes de l'art contemporain, parmi lesquelles le professeur et commissaire Javier Hernando Carrasco, le critique du País Alberto Martín et l'analyste culturel ABC Francisco Carpio.

 

La série Collage nourrit et façonne le contenu de cette publication et de l'exposition présentée au Centro Leonés de Arte ILC, composée d'un ensemble de cent pièces. La série prend comme point de départ l'intérêt de Pablo García pour un projet collectif conçu en 2014 à Madrid entre trois collagistes et développé par la suite par de multiples artistes de niveau national et international, centré sur la récupération de la technique traditionnelle et puriste du collage photographique classique, une proposition dans laquelle les membres du collectif étaient tenus de faire un collage par jour : The Counted Days.

 

Pablo García García est un créateur issu du domaine des nouvelles technologies appliquées à la création plastique, au design et à l'image, et donc du monde virtuel, et soudain son intérêt l'a conduit à s'immerger dans un territoire totalement inconnu mais profondément intéressant, qui l'a soumis et transféré à des moments historico-artistiques des années 1920 et 1930 (en Espagne Josep Renau ou Nicolás Lekuona) en se recentrant en partie dans le domaine du collage photographique mais avec les outils technologiques actuels. L'espace de recherche d'images et de matériel photographique pour la formulation de ses recherches se concentrera non pas sur le territoire imprimé mais sur le monde vaste et hétérogène des médias et de l'iconosphère informative, une immense banque de données, disponible sur les réseaux et facilement et immédiatement accessible qui étend l'origine des archives et documents aux dimensions globales ; ainsi que le traitement des images par ordinateur au lieu de celles produites à la main.

 

Le choix des images de Pablo García est méticuleux et subtil, une question qui soulève ou se rapproche de l'idée d'appropriationnisme (puisque les images ont été capturées, créées ou créées par d'autres photographes, designers ou artistes) comme une partie essentielle de son travail, tout comme il arrive dans celui de nombreux créateurs actuels tels que Rogelio López Cuenca, le collectif Mundo Feliz et Pablo Genovés. Bien qu'il faille qualifier cela depuis les années 80, ce terme se réfère spécifiquement au fait de copier ou de citer l'œuvre d'un autre artiste pour générer une nouvelle création, plus ou moins modifiée de l'original. Pablo, à partir de la sélection d'images, utilise l'articulation de composants différents et même opposés, la fusion, la manipulation, le traitement et la simulation, qui seront des clés essentielles dans une partie très substantielle de son travail comme il arrive dans d'autres séries de son genre : Desideratum, Los Hijos que no tuvimos ou Bloody Mary, à l'exception de quelques œuvres purement documentaires, issues de la prise de vue photographique et des archives non manipulées, comme Crack, qui incorpore un sens critique intense par rapport à la situation économique actuelle à León, ou la série Memento Mori, qui propose une approche nostalgique et la mémoire du passé et du sens éphémère de l'existence humaine et culturelle.

 

Les œuvres montrent une composition uniforme utilisant une structure très centralisée et équilibrée, d'une exquise simplicité, propreté et austérité. Deux, trois ou quatre éléments de composition tout au plus, choisis, appropriés et articulés ou combinés entre eux, disposés sur un fond neutre, homogène et blanchâtre, identiques pour les œuvres qui composent le projet (sauf quatre), constituant une unité de lecture lucide, cohérente et parfaite, remplie de suggestions multidirectionnelles intenses et évocatrices. Une formulation plastique et conceptuelle puissante, frappante, directe et minimale, qui nous laisse perplexes et submergés par la force visuelle de l'image reformulée au moyen d'une sorte de meccano surréaliste et magique, qui évoque dans une certaine mesure le grand maître du surréalisme photographique ou réalisme fantastique Jorge Rueda, un moteur fondamental des changements produits en photographie espagnole dans les années 1980. Pablo avec quelques images provoque en nous l'étonnement pour l'irréel et monstrueux, mais crédible et proche (Métamorphose, Espadon ou La Caricia), et en même temps pour la charge polysémique merveilleuse de ses images et titres (Tres en uno, Montar un Pollo o Vino con Gas), qui avec maîtrise ironique et raffinée oppose des réalités symboliques antagonistes. La critique vive et intelligente glisse avec une extrême délicatesse et finesse entre le jeu ludique et imaginatif de certaines de ses œuvres, imprégnant son travail d'un sens mordant, sarcastique et satirique par rapport à la société dans des domaines tels que la politique (6 JANVIER, Moscón de Reyes), l'histoire (Sahara), la religion (Stop of God or Scene of a Crime), le design (Dolce Banana), la culture (la Maison lumineuse) ou les usages (Hooked). D'autre part, ses compositions ont une charge ludique et poétique vive et profonde, qui le lie en quelque sorte à la poésie visuelle de Joan Brossa, en resémantisant le signifiant d'une manière individuelle et constructive. A titre d'exemple, on retrouve la pièce "Pupilas Gustativas" de Pablo en relation avec "Eclipse" de Brossa très proche dans sa formulation esthétique et non conceptuelle. Il y a aussi une certaine proximité dans l'étrangeté des objets que Pablo soulève par rapport au langage poétique de Chema Madoz, bien que ce dernier génère ses créations avec des plans scénographiques au moyen de modèles et donc de manière réelle, contrairement à Pablo qui utilise le langage virtuel.

 

L'image est essentielle dans cette proposition créative, mais le concept, l'idée, qui est fidèlement transcrite dans le texte ou le titre de chaque pièce, n'en est pas moins un élément structurel qui devient indispensable dans l'articulation conceptuelle et la compréhension de la pièce. L'exposition incorpore, en même temps, plusieurs poèmes de collage d'Elena Lafuente Alonso avec une intéressante contribution esthétique et visuelle, liée aux débuts du dadaïsme européen. Des compositions fraîches, directes, pleines d'expressivité, inspirées ou évoquant plusieurs œuvres de Pablo, qui ouvrent de nouveaux territoires créatifs et une expansion sémantique.

Librement inspiré et traduit du texte original en castillan de

Luis García Martínez / Directeur, Département Art et Expositions, ILC