Le vent dans les claustras murmure

la caresse du temps

de
Marie Ducaté
Commissaire d'exposition: Jorge Cañete
Novembre 2022

Dites, qui peut reconnaître que la couleur rose de l'aurore caresse comme des doigts, qui, sauf un aveugle clairvoyant ?


Michel Serres 

Capture d’écran 2022-11-14 à 08.56.21.jpg

MARIE DUCATÉ

Née à Lille (France), Marie Ducaté vit et travaille à Marseille.

Ancrée dans la peinture, son œuvre se déploie entre art et arts décoratifs.

Elle emprunte des chemins buissonniers qui l’amènent à utiliser différents médiums : importantes œuvres en céramique et en verre, mobilier (meubles, luminaires et tapis), entrelacs de lumière, de perles et de verre et surtout maintenant, des installations monumentales où le tissu devient le support d’une œuvre originale, ainsi que le calque qu’elle façonne comme s’il s’agissait d’une sculpture.

L’univers de Marie Ducaté est chatoyant et référencé, convoquant les figures de l’histoire de l’art et celles des arts actuels et de la nature. Il s’aventure en toute liberté jusqu’aux limites des genres.

 

Note d’intention de l’artiste :

Les claustras rythment les jardins et recueillent les paroles secrètes dans les confessionnaux ou cachent les beaux visages des religieux, que seul peut voir leur dieu et mari…

Les voûtes du temple de Grandson ont révélé des fresques aux tons doux, qui ont inspiré l’un des claustras.

Les fleurs ondulent et inondent les prairies de leurs couleurs. Fragilité et poésie sont conviées.

Le calque aquarelle découpé, froissé, plié, superposé, joue en redondances de formes, en mixités joyeuses.

Les semis de fleurs ou d’étoiles nous emportent dans un rêve charmant.

Photographies: Miriam Radermacher Pilloud