top of page

Vortex

de
Paul Estier
Commissaire d'exposition: Jorge Cañete
Du 26 janvier au 18 mars 2023

Vernissage en présence de l'artiste : jeudi 26 janvier dès 18h00

Finissage en présence de l'artiste : dimanche 19 mars dès 15h30

Nous passons notre vie devant une porte sans voir qu'elle est déjà ouverte et que ce qui est derrière est déjà là, devant nos yeux.


Christian Bobin 

Capture d’écran 2022-12-20 à 18.50.24.jpg

PAUL ESTIER

Paul Estier est un sculpteur autodidacte Suisse né en France en 1980, et passionné par l’acier depuis l’enfance. Il effectue des études d’agriculture, d’horticulture, d’élevage du cheval, de maçonnerie, de machinisme et de ferronnerie en Haute Savoie.

En 1999, il s’installe en Suisse où vit sa famille paternelle.

En 2000, il fait une formation en construction métallique et échafaudages à la Licorne, Yverdon.

De 2001 à 2002, il travaille chez Étienne Krähenbühl, pour un stage professionnel de sculpteur.

Dès 2003 et jusqu’en 2005, il travaille en entreprise en tant que constructeur métallique. 2005 marque un tournant dans sa vie d’artiste, car il installe son atelier de sculpture aux usines Leclanché d’Yverdon-les-Bains, et gagne ainsi son indépendance (jusque-là, il pratiquait son art de sculpture dans les ateliers où il travaillait, un jour par semaine ou en soirée). Dès lors, il se consacre à plein temps à la sculpture, en mettant entre parenthèse sa pratique du dessin et de la peinture.

En 2008, il déménage son atelier et construit une forge, dans la nature à Fiez où il pratique actuellement. En parallèle de son activité artistique de sculpteur, il pratique la ferronnerie et la construction métallique et réalise de nombreux projets pour des particuliers ou pour des collectivités.

En 2016, il équipe son atelier d’un four de verrier, après avoir découvert et s’être passionné pour le travail du verre, et dans le but de marier ce matériau avec l’acier. Cette année-là, il est sélectionné pour le Prix culturel EMOI, représenté par les autorités de la Région Nord vaudois et obtient le Prix de la Fondation CEPY.

En 2018, il aménage un lieu a proximité de son atelier de sculpture pour pouvoir pratiquer à nouveau la peinture, travail qu’il a présenté lors d’une exposition personnelle en 2019.

 

Artiste aux multiples facettes, sa pratique artistique évolue sans cesse au fil de sa curiosité et de ses explorations.

 

Note d’intention de l’artiste :

Rentrer dans une autre dimension, à travers un vortex. Un espace-temps dilaté où les sculptures en verre et métal de l'artiste sont des artefacts trouvés dans une archéologie du futur.

On ne sait plus très bien si ses oeuvres viennent d'une civilisation avancée, laissée sur terre pour nous rappeler que l'autre côté du miroir est peut-être habité...

C'est vraiment ce que je crée, comme une civilisation sortie de sa perception manichéenne, comme Nietzsche avait appelé son livre, "par-delà le bien et le mal".

 

Einstein a montré la relativité du temps et de l'espace.

Notre monde est composé à 99% de vide.

Deux particules quantiques peuvent être à des milliers de kilomètres et si l'on interagit avec l'une, l'autre réagit aussi...

 

La nature se construit autour d'une bête suite de nombre...

Les saisons, le jour et la nuit, le sommeil, le rêve...

Le magnétisme, l'électricité, les forces gravitationnelles...

La lumière.

 

Je rêve d'une civilisation où toutes ces éléments ne sont pas traités en tant que "cas isolés", mais comme une conscience commune capable de mettre en forme le lien reliant toutes ces réalités ; ceci afin de pouvoir intellectuellement comprendre le monde, accéder à sa logique et pouvoir non plus "l'occuper" de notre présence, mais bien "l'habiter", c’est à dire sortir de l'anthropocentrisme.

 

Faire un transfert de notre incarnation du jugement à la conscience.

 

bottom of page